L’Impératrice

Le 07 décembre 2018
20:00 - 00:00
Paloma
250 Chemin de l'Aérodrome
30000, Nîmes

L’Impératrice, à la fois paravent et avatar mystérieux autorisant à susciter le fantasme, n’est que le nom matérialisé de ce que le groupe parisien à six têtes couronnées exprime musicalement : une certaine sensibilité, de féminité et d’élégance. La Wonder Woman du sentiment, qu’elle soit installée à bord d’un Boeing 777 côté hublot ou tirée par un attelage éreinté sous la neige, voyage depuis 2012 d’une contrée spatiale à l’autre sans sembler saisir les frontières entre french touch des nineties, variété moderne ou disco galactique, et devenue depuis l’un des piliers du renouveau pop à la française. En effet la super-formation parisienne porte un bagage lourd, celui d’une formation musicale stricte et pointue, interprètes et arrangeurs excellents, pour certains violoniste et contrebassiste en orchestre. Purs enfants de leur époque, les membres de L’Impératrice inconsciemment distillent la sève de ce qu’ils écoutent tous les jours : le Super Rich Kids de Frank Ocean côtoie dans leurs oreilles Flower Boy de Tyler The Creator ou Unmastered de Kendrick Lamar, jusqu’aux innombrables pépites disco-funk et pop glanées dans les fêtes parisiennes. L’Impératrice transcende aussi un certain héritage français : on peut goûter dans «Vacances» une référence à Cortex et Nino Ferrer, «Là-haut» le Moon Safari de Air, et ailleurs quelques phrases évoqueront Michel Legrand ou François de Roubaix. L’Impératrice n’est pas une reprise de formules à succès, mais puise de la musique son allure cinématographique, ses secrets les plus retranchés, pour en sertir sa couronne et conquérir 2018.